Les fiches pratiques

Le Botrytis ou pourriture grise

La pourriture grise est une maladie très ancienne connue depuis l'antiquité. Le champignon responsable, dont la forme parfaite (Botryotinia fuckeliana) est rarement rencontrée, est un saprophyte qui peut se développer très rapidement et profiter de la moindre blessure pour s’installer.

Quels sont les symptômes du Botrytis sur les sarments ?

Les rameaux sont en général parasités à la suite de blessures. Avant aoûtement, les rameaux brunissent. Ils blanchissent après aoûtement et des « boursouflures » noires apparaissent : les sclérotes.

haut de la page

Quels sont les symptômes du Botrytis sur les feuilles ?

Les attaques printanières apparaissent sous forme de taches brunes avec un feutrage grisâtre sur la face inférieure (fructifications du champignon). Ces taches forment d’abord un triangle partant du bord du limbe puis ont tendance à s’accroître et à envahir tout le limbe.

 

haut de la page

Quels sont les symptômes du Botrytis sur les grappes ?

Les grappes peuvent être touchées avant la floraison et se dessécher. Mais elles sont surtout très réceptives au moment de la véraison. A ce stade, les symptômes caractéristiques sont :

  • Une coloration brune des baies sur cépages blancs
  • Apparition d’un épais feutrage gris sur les baies

Après la véraison, si le temps est suffisamment humide, la pourriture grise peut envahir la totalité des grappes.

botrtytis botrtytis

 

haut de la page

Quelle est la nuisibilité du botrytis ?

Ces dégâts entraînent non seulement une perte de rendement mais ils affectent aussi et surtout la qualité des moûts. Associés à d’autres microorganismes, ce champignon entraîne l’apparition des goûts de moisi-terreux, par exemple.

haut de la page

Quelle est la biologie du Botrytis ?

Les sclérotes, portés par les feuilles tombées au sol ou les sarments atteints, sont les organes de conservation du champignon et sont formés par une agrégation mycélienne. Le mycélium peut lui aussi subsister l’hiver. Il se trouve alors sous l’écorce et agit en saprophyte. Au printemps, le mycélium et les sclérotes produisent des conidies. Ces organes sont ensuite disséminés par le vent et pénètrent dans les organes herbacés de façon directe ou par le biais de blessures. De saprophyte, le champignon passe à l’état de parasite. Il progresse alors à travers les organes en provoquant leur nécrose. En dessous de 13°C, la progression du Botrytis est presque nulle, elle est très rapide autour de 25°C. Un état hygrométrique élevé suffit à assurer évolution et contaminations. 2 situations peuvent se produire au cours du développement du botrytis :

  • Les baies ne sont pas réceptives : dans ce cas, des contaminations peuvent avoir lieu par des blessures (abscission florale) mais le parasite reste latent jusqu’à ce que les baies deviennent réceptives.
  • Les baies sont réceptives : dans ce cas les contaminations se produisent soit par le biais de blessures par les conidies ; soit le mycélium contamine la baie en dégradant la pellicule.

Le développement de la pourriture se fait de proche en proche par le mycélium tandis que l’apparition de nouveaux foyers est due aux conidies.

haut de la page

Quelle méthode de lutte prophylactique contre le Botrytis ?

Il faut en diminuer la vigueur :

  • en baissant l’apport en azote
  • en enherbant

Il faut également lutter préventivement contre les dégâts liés à l’oïdium, aux tordeuses de 2ème et 3ème génération qui créent des portes d’entrée pour le botrytis.

Enfin, il faut adopter un itinéraire cultural favorisant l’aération des grappes :

  • ébourgeonnage
  • effeuillage au niveau de la zone fructifère
  • éclaircissage pour éviter les paquets de grappes…

haut de la page

Quelle méthode de lutte chimique contre le Botrytis ?

Outre les fongicides spécifiques au parasite, des produits anti-mildiou ont un effet secondaire freinant sur le développement du botrytis. Outre les méthodes prophylactiques, il n’existe qu’une seule autre forme de lutte : la lutte chimique. Elle s’articule autour de 4 périodes clés pour la réalisation des traitements préventifs :

  • fin floraison/chute des capuchons floraux ou stade A
  • fermeture de grappe ou stade B
  • début véraison ou stade C
  • trois semaines avant la récolte ou stade D, le problème avec ce dernier étant le délai avant récolte.

La stratégie raisonnée consiste à appliquer les traitements au stade A et C. Il est indispensable d’alterner les matières actives dans la saison et d’une année sur l’autre, afin de limiter les phénomènes de résistance qui leur sont liés. Une bonne protection implique que les fongicides soient appliqués directement sur la zone des grappes.

haut de la page

retour à la liste

En savoir plus sur le Botrytis ou pourriture grise
 
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn - Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com
 
creation site internet Saint Brieuc
 
V’Innopôle - BP 22 Brame-Aïgues - 81310 Lisle sur Tarn
Tél : 05.63.33.62.62 - fax : 05.63.33.62.60 - liliane.fonvieille@vignevin.com